Transcender le cycle féminin avec Sarah Preterre

Aujourd’hui j’ai la chance de rencontrer Sarah Preterre, chiropractrice à Poitiers spécialisée dans la chiropraxie pour les femmes. Une jeune femme attachante, sensible qui s’est donnée pour mission d’aider les femmes qu’elle accompagne au quotidien à redécouvrir ou découvrir leur cycle féminin. « Transcender son cycle féminin », c’est le nom de son dernier Ebook qui nous donne de nouvelles clefs de compréhension de notre corps. Fortes de nombreuses rencontres dans le domaine de la chiropraxie et de la physiologie féminine, elle nous livre aujourd’hui son témoignage riche et inspirant.

cycle féminin
physiologie de la femme
chiropratique

Florine : « Merci Sarah d’être là aujourd’hui, peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ? »

Sarah : « Tout a commencé par une passion pour la danse qui s’est transformée progressivement en passion pour le Yoga et le Pilates. Au fil des années, je développe un intérêt croissant pour le fonctionnement du corps humain et entame des études de chiropraxie, ce métier devient alors une vraie philosophie de vie. En 2017, je prends conscience de la nocivité des toxines que nous ingérons dans notre corps, y compris la pilule contraceptive. Je décide du jour au lendemain d’arrêter ma plaquette de pilule. Ce jour marquera le début d’une nouvelle vie et d’une nouvelle aventure. J’ai énormément appris sur la physiologie de la femme et ce que peut nous apporter une meilleure connaissance de notre cycle, qui pour moi, va bien au de la de prévoir quand seront nos prochaines règles. Depuis ce jour, j’accompagne les femmes qui sont prêtent à emprunter ce chemin, vers une meilleure connaissance d’elle-même et plus de physiologie. »

Florine : « Pourquoi as-tu choisi la chiropraxie ? »

Sarah : « La chiropraxie est une thérapie de santé manuelle et naturelle. Elle consiste à trouver la cause du trouble qui se traduit par des symptômes. Cette cause peut naître d’une dysfonction au niveau de la colonne vertébrale, de la cheville, de la mâchoire, du crâne, des fascias, bref, de l’ensemble du système
musculosquelettique. Cette dysfonction envoie une mauvaise information au système nerveux et c’est l’ensemble de la physiologie qui se dérègle. En détectant ces dysfonctions, je réalise des ajustements afin de redonner une bonne mobilité articulaire, réduire les tensions musculaires et restaurer le bon fonctionnement du système nerveux. C’est une approche assez complète que j’affectionne tout particulièrement. »

Le bijou méché lacté Charlie : un magnifique souvenir de la petite enfance de vos bébés.

Florine : « Que peux-tu nous dire sur le cycle de la femme ? »

Sarah : « Le cycle féminin est dirigé par les hormones naturellement présente dans notre corps et leur fluctuation au fil du temps. Le cycle dure en moyenne 28 jours, du premier jour des règles jusqu’à la veille des règles suivantes. Les fluctuations hormonales qui nous traversent ont un impact direct sur notre corps physique et émotionnel : énergie, vitalité, créativité, humeur, douleur ou inconfort, troubles digestifs, qualité de la peau, sensibilité tactile ou encore la libido. Il est très intéressant de prendre conscience de ces changements durant le cycle. Une femme n’est pas « normale » pendant 3 semaines du cycle et « indisposée » pendant sa période de règles. C’est bien plus complexe que cela ! »

Florine : « Pour toi, quels sont les fondamentaux à connaître sur le cycle de la femme ? »

Sarah : « Il est important de savoir que le cycle est composé de quatre périodes structurantes : les règles (Jour 1 à 7), qui indique généralement que nous ne sommes pas enceinte. L’évacuation du sang est rythmé par les contractions utérines, plus ou moins douloureuses. Pendant cette période, les troubles digestifs sont fréquents ainsi que les douleurs lombaires. La glaire cervicale s’épaissit au fur et à mesure, néanmoins, celle-ci n’est pas directement observable pendant cette semaine-là, due à la présence de sang. La seconde partie du cycle est la période de fécondité (Jour 8 à 14). Cette période inclut les 5 jours qui précèdent l’ovulation car la durée de vie des spermatozoïdes est de 5 jours. Les hormones en présence boostent notre libido, notre créativité, nous sommes pleine d’énergie et de vitalité. Les sécrétions sont abondantes et « blanc d’œuf » pour faciliter le passage de spermatozoïdes. Une fois l’ovulation passée, l’ovule est libéré par l’ovaire et parcourt les trompes de Fallope jusqu’à l’utérus. S’il ne rencontre pas de spermatozoïdes dans les 24 heures, les prochaines règles vont se préparer. C’est alors que commence la période post-ovulation (Jour 15 à 22), si la fécondation n’a pas eu lieu, le taux de progestérone chute et le moral baisse. La glaire s’assèche et le passage des spermatozoïdes devient impossible. Vient ensuite la quatrième période du cycle, la phase prémenstruelle (Jour 23 à 29), connue pour son syndrome prémenstruel. C’est le moment de ralentir et de prendre soin de soi. La femme se sent sèche, c’est souvent une des phases les plus compliquées et douloureuses du cycle d’un point de vue physique et émotionnel. C’est pour moi particulièrement intéressant de voir en consultation mes patients après leurs règles et juste avant, pour faciliter le travail du foie lié a l’élimination des déchets, notamment les œstrogènes, améliorer la digestion, et diminuer les crampes utérines. »

Découvre la beauté des bijoux de lait de la boutique Trésors de Lait.

Florine : « Comment faire un premier pas vers une réappropriation de soi, de son corps, et même plus largement, de sa fertilité ? »

Sarah : « C’est grâce à l‘observation de soi que nous pouvons prendre conscience de notre corps et de son fonctionnement. Il y a l’observation de la glaire cervicale, tout d’abord, qui nous apprend beaucoup sur la phase du cycle que nous traversons. La glaire évolue beaucoup au cours du cycle. La combinaison de différents paramètres de votre glaire : consistance (glissante, collante, pâteuse, élastique), sensation
(humide ou sèche), quantité, couleur … nous aide à anticiper le jour d’ovulation et à déterminer notre fenêtre de fertilité. Plus encore, la position du col de l’utérus aide également à comprendre où nous en sommes (hauteur, ouverture, et aspect). Ce n’est pas tout, nous pouvons également monitorer notre Température Corporelle Basale (TCB) qui correspond à la température de votre corps au repos. Nos hormones reproductives ont un impact mesurable sur notre température. Après l’ovulation, la progestérone prépare l’utérus à l’implantation d’un ovule fécondé et ceci entraine un léger changement de notre TCB. Celle-ci restera ensuite élevée tout au long de la deuxième phase du cycle (de l’ovulation aux prochaines règles). Le suivi de la température demande des efforts réguliers sur plusieurs cycles. Mais son étude, ajouté à celui de l’analyse de la glaire cervicale et de la position du col de l’utérus renforce les certitudes et diminue les taux d’échecs. A l’aide de ses observations, nous pouvons connaître la durée naturelle de notre propre cycle (habituellement située entre 26 et 32 jours) et déterminer notre fenêtre fertile. Cette fameuse fenêtre fertile est une donnée clef pour les femmes souhaitant concevoir un bébé et les femmes souhaitant éviter une grossesse, cela concerne donc toutes les femmes ! »

Florine : « Une pleine conscience de notre corps, de notre fertilité… Mais ce n’est pas tout !? »

Sarah : « En effet, au-delà de la connaissance de notre corps (ce qui est déjà énorme !), ces observations nous guident vers une sexualité en pleine conscience. Ce chemin nous amène vers une nouvelle découverte de nous-même, c’est un véritable voyage à entamer personnellement mais il est également très intéressant d’y inclure notre partenaire notamment si nous souhaitons opter pour une planification naturelle des naissances. »

Florine : « As-tu des recommandations particulières pour les femmes qui vivent des moments du cycle avec plus de difficulté ? »

Sarah : « L’alimentation est une grande aide. Le gingembre et le curcuma sont particulièrement utiles pendant la période des règles pour réduire l’inflammation. Le chocolat noir, les haricots rouges ou encore les noix de cajou seront, quant à eux, particulièrement bénéfique pendant la période post-ovulation pour leur teneur en fer. Il est également intéressant de consulter un chiropracteur sensibilisé aux troubles liés aux cycle et a la fertilité, il sera en mesure de travailler sur le système nerveux pour soulager les inconforts physiques mais aussi équilibrer la physiologie (notamment le foie, l’utérus et les intestins). »

Retrouvez Sarah Preterre dans son cabinet Poitevin au 11 Boulevard Anatole, sur Doctolib et sur le blog du cabinet Summum chiropratique.



Laisser un commentaire